Portrait De Ninon d'Enclos - école Française Du 17ième - Entourage De Mignard flag


Description de l’antiquite :

"Portrait De Ninon d'Enclos - école Française Du 17ième - Entourage De Mignard"
Rare Portrait de Ninon de l’Enlos, entourage de Pierre I Mignard
(inscription de l'artiste sur l'ovale à gauche "Mademoiselle Ninon de l'Enclos")

Huile sur toile: 77*61cm
Avec cadre: 100*79cm

Anne « Ninon » de l'Enclos, aussi appelée Ninon de Lenclos ou Ninon de Lanclos, baptisée à Paris le 10 novembre 1620 et morte à Paris le 17 octobre 1705, est une courtisane, femme d'esprit, épistolière et femme de lettres française.

Fille d’Henri de Lanclos (gentilhomme tourangeau libertin, suivant de Charles II d'Elbeuf) et de Marie-Barbe de la Marche, elle se révèle une enfant prodige au luth, qui citait Montaigne et les grands classiques et qui fut promenée par sa mère bigote de salon en salon où elle faisait sensation. Plus tard, elle apprit le clavecin. Anne dite Ninon de Lenclos devint une femme de lettres, influencée par les idées épicuriennes, qui savait l'italien et l'espagnol tout en étant versée en sciences. En 1642, à la mort de sa mère, son libertinage et son athéisme affirmés alors que sa respectabilité n'est pas encore acquise font que les grandes dames du salon du Marais se détournent d'elle, si bien qu'elle vient habiter chez une autre courtisane, Marion Delorme, qui devient son professeur.
La belle et intelligente Ninon a, sa vie durant, collectionné une ribambelle d'amants (le premier à 16 ans, puis notamment le Grand Condé, François-Jacques d'Amboise, comte d'Aubijoux, François de La Rochefoucauld, le maréchal d'Estrées, l'astronome Christian Huygens), à tel point que Walpole la surnomma plus tard « Notre Dame des Amours ». Elle classait ses amants en « payeurs », « martyrs » (soupirants sans espoir) et « caprices » (élus du moment). Le marquis Louis de La Châtre (1613-1664), comte de Nançay, fut l'un d'entre eux. À son sujet Voltaire relata : « M. de La Châtre avait exigé un billet de Mlle de Lenclos, un billet comme quoi elle lui serait fidèle pendant son absence ; et, étant avec un autre, dans le moment le plus vif elle s'écria : « Le beau billet qu'a La Châtre ! » ». Elle eut des enfants dont un fils, le chevalier Louis de la Boissière, qui deviendra brillant officier de marine, fruit de ses amours avec Louis de Mornay, marquis de Villarceaux et proche du roi Louis XIV. Elle vivra sa passion durant trois ans avec lui au domaine de Villarceaux, commune de Chaussy (Val-d'Oise). Proche de Molière, elle corrigea, à la demande de l'auteur, la première version du Tartuffe.

Inquiétée par le parti dévot, elle fut enfermée en 1656 sur ordre d'Anne d'Autriche aux Madelonnettes puis dans un couvent de Lagny. À son premier voyage à Paris en 1656, la reine Christine de Suède accorda une seule rencontre en privé à la seule Ninon de Lenclos, dont elle avait la plus haute opinion.
Tenant un salon à partir de 1667, elle acquit la respectabilité lorsqu'elle fut admise dans celui de Marguerite de la Sablière en 1677. Grand amateur de sagesse, Louis XIV se préoccupait souvent, par personne interposée, de l'opinion de Ninon. Le jour de ses 77 ans, Ninon eut une aventure avec l'abbé de Châteauneuf. À la même époque, elle mène de front une autre liaison avec le chanoine Nicolas Gédoyn. Quelques mois avant son décès, à près de 85 ans, elle se fit présenter le jeune Arouet (Voltaire) alors âgé d'environ 11 ans et élève du collège jésuite Louis-le-Grand de Paris. Dans son testament, elle lui légua 2 000 livres tournois (l'équivalent de 7 800 € de l'an 2008) pour qu'il pût s'acheter des livres (au début du xviiie siècle, comme le signale le maréchal Vauban dans son ouvrage sur la dîme royale, un simple journalier gagne moins de 300 livres dans l’année).
Ninon a tenu salon à compter de 1667, au 36, rue des Tournelles à Paris. Ses célèbres « cinq à neuf » avaient lieu chaque jour. Ninon de Lenclos est le symbole de l'aristocrate cultivée et rayonnante, reine des salons parisiens, femme d'esprit indépendant et femme de cœur, représentative de la liberté des mœurs des xviie et xviiie siècles français.
Parmi ses invités, surtout des hommes : Fontenelle ; François de la Rochefoucauld ; Charles de Saint-Évremond ; Paul Scarron ; Jean-Baptiste Lully ; Jean de La Fontaine ; Philippe d'Orléans, futur régent de France, d'Elbène ; Antoine Godeau, évêque et habitué des salons précieux ; Antoine Gombaud, chevalier de Méré ; Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, mémorialiste ; Roger de Rabutin, comte de Bussy ; Jules de Clérambault ; Damien Mitton ; l'abbé François de Châteauneuf ; Huygens ; François Le Métel de Boisrobert ; Charles Perrault ; le poète Chapelle ; Jean Ogier de Gombauld ; l'abbé de Pons ; Louis de Mornay, marquis de Villarceaux ; César Phœbus d'Albret ; Jean Hérault de Gourville ; le peintre Nicolas Mignard dont elle fut un modèle ; Charleval, fils de Madame de Longueville ; Jean Racine (et sa maîtresse la Champmeslé) ; François III Dusson, seigneur de Bonrepaus et commissaire de la Marine ; Nicolas Boileau, dit « Boileau Despréaux » ; Condé ; Henri de Sévigné, mari de Madame de Sévigné, puis leur fils Charles de Sévigné, Louis de Lesclache.
Mais aussi de nombreuses femmes : Catherine de Vivonne ; Marguerite de la Sablière ; Madame de Galins ; Élisabeth-Charlotte de Bavière, princesse Palatine et belle-sœur du roi ; Henriette de Coligny, comtesse de la Suze ; Marie Desmares, dite la Champmeslé, tragédienne réputée et maîtresse de Racine ; sa parente et amie Françoise d'Aubigné, future madame de Maintenon. Mais aussi Lady Elizabeth Montagu (1674-1757), comtesse de Sandwich, qu'elle appelait Madame Sandwich (son petit-fils a donné son nom à ce mets), et dont elle dira : « Elle m'a donné mille plaisirs, par le bonheur que j'ai eu de lui plaire. Je ne croyois pas sur mon déclin pouvoir être propre à une femme de son âge. Elle a plus d'esprit que toutes les femmes de France, et plus de véritable mérite.»
Elle est dépeinte de son vivant sous le nom de Clarice par l'écrivaine Madeleine de Scudéry dans son œuvre Clélie (1658) et sous celui de Nidalie par l'écrivain Somaize dans son œuvre Le Grand Dictionnaire des prétieuses (1661).

Elle popularisa la coupe à la Ninon, une coiffure avec les cheveux courts.
Plusieurs œuvres littéraires l'ont prise pour thème.
  • Huygens, qui fut au nombre de ses amants, composa quelques vers à son sujet :
  • « Elle a cinq instruments dont je suis amoureux :
    Les deux premiers, ses mains ; les deux autres, ses yeux ;
    Pour le plus beau de tous, le cinquième qui reste,
    Il faut être fringant et leste. »
  • Voltaire écrivit en 1751 le dialogue philosophique Dialogue entre Mme de Maintenon et Mlle de Lenclos, dans lequel il fait dialoguer, dans leur grand âge, Ninon de Lenclos et Madame de Maintenon, amies depuis de nombreuses années.
  • Olympe de Gouges rédigea Molière chez Ninon ou le Siècle des grands hommes, drame (1787).
  • En 1804 fut publiée Ninon de l'Enclos, comédie historique en un acte, mêlée de vaudevilles, par Charles Henrion, Armand Henri Ragueneau de la Chainaye (Éditeur Mad. Cavanagh, Paris, An XII).
  • Eugène de Mirecourt rédigea en 1857 un roman intitulé Mémoires de Ninon de Lenclos.
  • Elle est une des héroïnes avec Marion Delorme du film en vers Cyrano et d'Artagnan d'Abel Gance.
  • Le compositeur Louis Maingueneau (1884-1950) intitula l'un de ses opéras Ninon de Lenclos.
  • Le scénariste de bandes dessinées Patrick Cothias en fait un personnage récurrent de son univers (séries Les Sept vies de l'épervier, Masquerouge, Le Fou du Roy et Ninon secrète), où il en fait davantage une aventurière, une bretteuse et une espionne.
  • Ninon, Lenclos ou la liberté par Hippolyte Wouters, Théâtre des Mathurins 2013 puis Avignon Off 2014, avec Cyrielle Clair (Ninon).
  • Le Secret des conteuses, pièce de théâtre de Martine Amsili.
  • Jean-Pierre Vibert a donné son nom à l'une de ses roses
  • Prix: 4950 €
    Artiste: Pierre I Mignard (entourage De)
    Epoque: 17ème siècle
    Style: Louis XIV - Régence
    Etat: Bon état

    Matière: Huile sur toile
    Largeur: 79
    Hauteur: 100

    Référence (ID): 1014056
    CONTACTER L'ANTIQUAIRE
    line

    "Arte-Fact Fine Art" Voir plus d'objets de cet antiquaire

    line

    "Tableaux Portraits, Louis XIV - Régence"

    Antiquités similaires sur Proantic.com
    Recevez notre newsletter
    line
    facebook
    pinterest
    instagram
    Arte-Fact Fine Art
    Tableaux du 17ième au 19ième
    Portrait De Ninon d'Enclos - école Française Du 17ième - Entourage De Mignard
    1014056-main-6382365429de2.jpg
    003233616981
    003233616981


    *Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

    Thank you! Your submission has been received!

    Oops! Something went wrong while submitting the form