Ferdinand Barbedienne - Coupe style néo-grec marbre onyx d'Algérie bronze doré émail cloisonné flag

Ferdinand Barbedienne - Coupe style néo-grec marbre onyx d'Algérie bronze doré émail cloisonné
Agrandir les 3 photo(s) supplémentaires.

Description de l'antiquité :

"Ferdinand Barbedienne - Coupe style néo-grec marbre onyx d'Algérie bronze doré émail cloisonné"
D’une rare élégance, cette coupe sur piédouche est réalisée en marbre-onyx d’Algérie, montée sur bronze ciselé doré et ornée d’émail cloisonné.
Elle comporte deux anses décorées de mascarons représentant des hommes barbus aux chevelures se prolongeant par des serpents.
L’émail cloisonné offre à la vue un décor d’arabesques polychromes.
La base est signée F. BARBEDIENNE.

Cette coupe est présentée et créé par la Maison Barbedienne lors de l'Exposition Universelle de Londres en 1862, récompensée par trois médailles pour Excellence, en vedette et pionner à Londres pour sa technique de l'émail dit cloisonné de fonte sur les objets d'art.

Période : Napoléon III
Origine : France, Paris

Dimensions:
Hauteur : 19 cm.
Longueur : 33 cm.
Diamètrede la coupe : 21 cm.

Le marbre-onyx d’Algérie apparaît avec succès sous le Second Empire. Delmonte, marbrier de Carrare en Italie, ayant entrepris de retrouver les marbres transparents utilisés dans l’Antiquité et les ayant cherchés en vain en Europe du Sud, Asie mineure et en Égypte, commence à prospecter en 1843. En 1849 il découvre dans la province d’Oran une carrière autrefois exploitée par les Romains, qui produit ce que l’on va appeler le marbre-onyx d’Algérie : matériau translucide, compromis entre le marbre et l’albâtre, et qui existe en de nombreuses teintes et variantes (blanc, jaune, rouge, vert…). Après avoir exposé en 1855 le matériau brut, il cède ses droits en 1858 à la Compagnie des Marbres Onyx d'Algérie fondée par Alphonse Pallu. La vogue pour ce matériau est consacrée par l'Exposition Universelle de 1862 où la Compagnie, qui a une agence à Londres et expose, obtient une médaille. Ceci est d’autant plus intéressant que cette coupe a été présentée, comme nous le disions plus haut, à cette même Exposition Universelle de 1862.

Cette coupe a été réalisée par la société créée en 1839 par Ferdinand Barbedienne, bronzier et éditeur, et Achille Collas, inventeur du procédé pour la réduction mathématique de la sculpture. Sous la raison sociale « Collas et Barbedienne », ils se spécialisèrent dans les reproductions d’après l’antique et mirent au point de nouveaux procédés chimiques pour colorer et patiner les bronzes. Présente à toutes les grandes Expositions Universelles de son temps, la Maison Barbedienne fut régulièrement récompensée, notamment lors de l’Exposition Universelle de Londres de 1862, où Barbedienne présenta des émaux dits « cloisonnés ». Quelque peu oublié, l’art de l’émail renaît à l’apogée du Second Empire. Les premiers essais de la Maison Barbedienne dans ce domaine semblent remonter à 1858. Quatre ans plus tard, à l’Exposition Universelle de Londres, les objets d’art incrustés d’émaux présentés sur le stand Barbedienne, dont cette coupe, font sensation. Improprement qualifiés à l’époque « d’émaux opaques cloisonnés affleurés à la manière des anciens », ces émaux sont en réalité plus proches des émaux champlevés médiévaux. L’innovation technique de la firme parisienne consiste alors à obtenir directement à la fonte le réseau des cloisons, qui sont ainsi d’une grande précision. La coupe présentée ici est donc tout à fait représentative de cette renaissance de l’émail et des techniques mises au point par Barbedienne.
Prix : 4200 €
Artiste : Ferdinand Barbedienne
Epoque : 19ème siècle
Style : Napoleon III
Etat : Bon état

Matière : Marbre
Longueur : 33
Diamètre : 21
Hauteur : 19

Référence (ID) : 681370
CONTACTER L'ANTIQUAIRE
wait...
Voir la galerie de cet antiquaire
Imprimer fiche

"Honoré des Arts" Voir plus d'objets de cet antiquaire

"Coupes, Vasques, Cassolettes, Napoleon III"

Antiquités similaires sur Proantic.com
Recevez notre newsletter