Un musée révolutionnaire Le musée des Monuments français d’Alexandre Lenoir

Il y a deux cents ans, en 1816, les œuvres assemblées minutieusement au couvent des Petits Augustins par Alexandre Lenoir suite à la tourmente révolutionnaire étaient dispersées par Louis XVIII. A l’occasion de cet anniversaire, Le Louvre propose de revenir sur l’histoire du Musée des Monuments français crée par Alexandre Lenoir, peintre et infatigable passionné, qui œuvra pour sauver le patrimoine français des destructions.

Le musée des Monuments français, fondé par Alexandre Lenoir en 1795 pour sauver les monuments détruits par la Révolution, fut le deuxième musée national après le musée du Louvre en 1793. Il a joué un rôle fondamental dans l’histoire de la redécouverte et de l’appréciation du patrimoine français et le goût pour le Moyen Âge.

Jean-Lubin Vauzelle, Salle du XIIIe siècle. Département des Arts graphiques, musée du Louvre © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Tony Querrec.
Jean-Lubin Vauzelle, Salle du XIIIe
siècle. Département des Arts graphiques, musée du Louvre © RMN-Grand Palais (musée du
Louvre) / Tony Querrec.

Il fut fermé en 1816 par Louis XVIII et les œuvres qu’il abritait sont actuellement conservées dans divers lieux en France (dont le musée de Cluny et le musée du Louvre) ainsi qu’à l’étranger. Le département des Arts graphiques du Louvre a sélectionné les plus belles vues du musée disparu tirées du très riche fonds de dessins donné par les héritiers d’Alexandre Lenoir. L’exposition présente le rôle pionnier qu’a eu Alexandre Lenoir, fervent défenseur du patrimoine, en tant que conservateur de musée et muséographe. Elle explore aussi l’implantation et l’histoire du musée des Monuments français, dont la présentation eut une influence notable sur la sensibilité et les arts de l’époque. La visite de l’exposition se poursuit dans les salles du département des Sculptures, principal héritier de l’œuvre d’Alexandre Lenoir, et dans trois églises parisiennes, Saint-Roch, Saint-Eustache et Saint-Sulpice.

Hubert Robert, vue de la salle d'introduction © RMN- Grand Palais ( musée du Louvre) / René- Gabriel Ojéda.
Hubert Robert, vue de la salle d’introduction
© RMN- Grand Palais ( musée du Louvre) / René- Gabriel Ojéda.

Le musée des monuments français

Le musée des Monuments français, deuxième musée national fondé en France après celui du Louvre, a joué un rôle fondamental dans la découverte et l’appréciation du patrimoine. D’abord dépôt d’œuvres d’art séquestrées lors de la suppression des églises parisiennes dès 1791, l’ancien couvent des Petits-Augustins est transformé par son responsable, le peintre Alexandre Lenoir, en présentation éphémère de tableaux et de sculptures en août 1793, quand s’inaugure le Muséum au Louvre.

Tombeau de Philippe de France © Jean-Luc Paillé/ centre des monuments nationaux
Tombeau de Philippe de France
© Jean-Luc Paillé/ centre des monuments nationaux

Par son opiniâtreté, Lenoir ouvrit un vrai musée, accepté en octobre 1795 et au printemps 1796, que Louis XVIII ferma en 1816. Lenoir avait une conception élargie du patrimoine français, depuis l’âge celtique jusqu’à son temps, sans oublier l’art antique classique et la Renaissance. Alors que le Louvre avait le monopole pour exposer la peinture et l’art antique, Lenoir construisit une collection de sculptures, de vitraux et de quelques objets d’art. Il enrichit son musée non seulement par les saisies révolutionnaires, mais par des achats, des transferts et des échanges. Adepte des théories de l’archéologue allemand Winckelmann sur le progrès des arts, il disposa une muséographie innovante selon la succession des siècles, tout en insistant sur la commémoration des Grands Hommes, artistes et écrivains.

L’expression «Monuments» définissant alors des témoins de la mémoire, ce musée présentait ainsi déroulement de l’histoire nationale, de ses acteurs et de ses styles, mis en scène dans une conception déjà romantique, empreinte de sentimentalité.

Jean Pierre Philippe Lampué, portail d'anet. ©Musée du Louvre
Jean Pierre Philippe Lampué, portail d’anet.
©Musée du Louvre

Alexandre Lenoir et son œuvre

Alexandre Lenoir (1761-1839), après une formation de peintre, fut placé par son maître, Gabriel François Doyen, à la tête du dépôt des Petits-Augustins le 3 juin 1791, six mois après sa fondation. Lié à David, qui avait formé son épouse, peintre elle-même, il déploya son énergie au sauvetage des œuvres d’art, à l’aménagement du musée des Monuments français, de 1795 à 1816, et aux nombreux catalogues très documentés qui expliquaient l’histoire, le contexte, voire les costumes des personnages représentés. Il eut aussi une activité scientifique ambitieuse, quelques fois brouillonne, multipliant articles et essais dans des domaines variés, de l’égyptologie à l’art contemporain, en passant par l’archéologie nationale ou l’histoire de la peinture sur verre, et publiant une histoire des arts en France depuis les origines.

 

Le musée des Monuments français, fondé par Alexandre Lenoir en 1795, fut le deuxième musée national après le musée du Louvre en 1793. Il a joué un rôle fondamental dans l’histoire de la redécouverte et de l’appréciation du patrimoine français. Fermé en 1816, les oeuvres qu’il abritait sont actuellement conservées dans divers lieux en France (notamment au musée du Louvre) ainsi qu’à l’étranger.

Le département des Arts graphiques du Louvre a sélectionné les plus belles vues du musée disparu tirées du très riche fonds de dessins donné par les héritiers d’Alexandre Lenoir. L’exposition présente le rôle pionnier qu’a eu Alexandre Lenoir, fervent défenseur du patrimoine, en tant que conservateur de musée et muséographe. Elle explore aussi l’implantation et l’histoire du musée des Monuments français, dont la présentation eut une influence notable sur la sensibilité et les arts de l’époque. La visite de l’exposition se poursuit dans les salles du département des Sculptures, principal héritier de l’œuvre d’Alexandre Lenoir.

D’autres œuvres ont été replacées au XIXe siècle dans des églises parisiennes. Le musée du Louvre et le service de la Conservation des œuvres d’art religieuses et civiles de la Ville de Paris ont créé une signalétique spécifique, en écho et en lien avec l’exposition du musée du Louvre, dans les églises Saint-Roch, Saint-Eustache et Saint-Sulpice.

La visite se prolonge également au musée de Cluny où une signalétique indique les œuvres passées par le musée des Monuments français, et, grâce au Centre des monuments nationaux, à la basilique Saint-Denis, dont Alexandre Lenoir fut le premier administrateur et qui a accueilli les tombes royales en 1816, lors de la fermeture du musée des Monuments français.

Informations pratiques
Le musée révolutionnaire – Le musée des Monuments français d’Alexandre Lenoir – Du 7 avril au 4 juillet 2016
Musée du Louvre