Reflets de Chine – Trois siècles de peinture sous verre chinoise

Paysages fantastiques, portraits d’enfants et de concubines, scènes tirées de la vie familiale et de grands romans épiques, créatures issues de la mythologie, représentations de symboles : le Vitromusée propose la première grande exposition présentant un panorama de la peinture sous verre chinoise, une production artistique exceptionnelle et peu connue à ce jour. Plongé dans un monde exotique, le visiteur découvre un domaine fascinant du patrimoine culturel, et des œuvres d’une extrême finesse d’exécution.

Portrait de femme, vers 1770, Vitromusée Romont, © Yves Eigenmann, Fribourg

Entièrement dédié aux arts du verre, le Vitromusée Romont abrite – outre des vitraux, des verres en volume, des travaux graphiques et des outils en lien avec les arts verriers –, une collection de plus de 1300 peintures sous verre. Aucun musée en Suisse ou à l’étranger, ni aucune collection privée, ne conserve une collection aussi importante de cet art particulier, en termes de qualité, de variété et de quantité.

La bonne bergère, Chine, vers 1760
Vitromusée Romont, © Yves Eigenmann, Fribourg

Avec sa prochaine exposition temporaire, le musée met en valeur la peinture sous verre chinoise, un héritage culturel exceptionnel. Il s’agit de la première exposition en Suisse consacrée exclusivement à cet art réalisé en Chine et retraçant sa longue histoire : sa naissance au XVIIIème siècle issue de la rencontre des traditions picturales chinoise et occidentale, sa « mondialisation » via l’exportation, avant de devenir un art populaire chinois au XIXème siècle.

Elle témoigne du goût de la cour impériale chinoise de l’époque, de l’engouement de l’aristocratie et de la bourgeoisie européenne, puis américaine pour les chinoiseries et donne une idée de la vie du peuple chinois, en dehors des classes privilégiées.

La jeune fille au chat, Chine, vers 1910-1920
Collection Mei-Lin, © Mei-Lin

L’exposition Reflets de Chine réunit un choix exclusif de plus de 130 peintures sous verre provenant de deux collections privées majeures d’Allemagne et de France, de celle du, Vitromusée, complétées par quelques prêts d’autres musées.

Une quarantaine d’œuvres exécutées entre 1750 et 1840 environ témoignent de la production destinée avant tout à l’exportation vers l’Occident, souvent selon des gravures européennes. Les tableaux réalisés depuis 1850 étaient quant à eux produits presque exclusivement pour la clientèle chinoise. Ils ont été regroupés dans l’exposition par thématiques (paysages, portraits de femmes ou d’enfants, scènes familiales, tableaux inspirés de la littérature ou de la mythologie chinoises, symboles chinois). Les particularités techniques de la peinture sous verre chinoise sont également présentées.

De la technique à l’histoire, elle présente trois siècles de cet art en les divisant en deux périodes, de 1750 à 1850, puis de 1850 à 1950. Bien que connue sous nos latitudes depuis l’Antiquité, la peinture sous verre prend véritablement son essor en Italie à la Renaissance, avant d’être découverte par les Chinois au début du XVIIIème siècle.

Ainsi, en 1720, ébloui par son esthétique, l’empereur Qianlong s’entoure de ses spécialistes, des peintres jésuites venus d’Europe. «Ce sont eux qui introduisent dans le pays les techniques de l’ombre et de la perspective». Ces connaissances nouvelles, les Chinois les mettent à profit dans le commerce en exportant vers l’Occident, entre 1750 et 1840, des œuvres peintes dans un style européen.

Dès le milieu du XIXème siècle, cet art commence à se démocratiser en Chine où, avec l’éclatement de la première guerre de l’opium en 1839, les ateliers de production se concentrent sur le marché local. Cette évolution donne lieu à un type pictural tourné vers le folklore du pays, comme en témoignent les plus de quatre-vingts pièces exécutées entre 1850 et 1950: des œuvres ayant pour thèmes des paysages, des scènes de vie, des symboles ancestraux… Produites dans les ateliers, la grande majorité d’entre elles ne sont pas signées.

En savoir plus:

Vitromusée , Musée suisse du vitrail et des arts du verre,
108B, rue du Château, Romont, Suisse,

Jusqu’au 1er mars 2020

https://vitromusee.ch/