Le Dominiquin Cercle... Saint Roch Ecole Italienne Baroque 17ème flag

Le Dominiquin Cercle... Saint Roch Ecole Italienne Baroque 17ème
Agrandir les 12 photo(s) supplémentaires.

Description de l'antiquité :

"Le Dominiquin Cercle... Saint Roch Ecole Italienne Baroque 17ème"
Magnifique Tableau, Ecole Italienne du 17ème, exécuté sans doute par l'entourage, ou un suiveur de Domenico ZAMPIERI (1581-1641) Surnommé «LE DOMINIQUIN»

représentant Saint Roch et l’Ange dans un Parc Méditerranéen, peut-être dans les jardins et sous la Coupole de l’église Sainte-Eusébie, à Marseille qui témoigne d’une inspiration byzantine très à la mode à l’époque.

En excellent état.

Ce Grand tableau mesure: 113 x 84 cm encadré (cadre postérieur du début du XIX°), 94 x 65 cm Toile.

Des dates ont été peintes au dos 1559, 1706?... Dates qui pourraient concorder avec les épidémies de Peste de Marseille…

Expédition très soignée accompagnée d’un Certificat d’Authenticité et d’une Facture.

"Né en 1295, Saint Roch était le fils d’un gouverneur de Montpellier. Ses parents, âgés, obtinrent sa naissance par de persévérantes prières, se promettant de donner à Dieu l’enfant qu’il leur accorderait. Il se signala en grandissant par une grâce spéciale d’hospitalité envers les pauvres et les voyageurs. A la mort de ses parents, il avait 20 ans; il décida alors de vendre ses biens, de se faire pauvre du Christ à l’exemple de Saint-François d’Assise. Il entra dans le Tiers-Ordre, et, vêtu en pèlerin, il prit le chemin de Rome, en demandant l’aumône. La peste sévissant en Italie, il se dévoua aux soins des pauvres pestiférés et à son contact, il eut beaucoup de guérisons. Il y vécut trois ans sans faire connaître son nom, ni son origine. Atteint lui-même de la maladie, il se retira, mourant, dans une cabane de son pays où un chien lui apportait chaque jour un petit pain. Miraculeusement guéri, il reparut à Montpellier comme un étranger. Il fut mis en prison comme espion et y mourut au bout de cinq ans après avoir reçu les sacrements. On le reconnut alors. Son culte est devenu et demeure populaire dans toute l'Église. Il est fêté le 16 août."


Domenico Zampieri, dit Le Dominiquin, né le 21 octobre 1581 à Bologne, mort le 15 avril 1641 (à 59 ans) à Naples, est un peintre italien du mouvement baroque. Fils d'un cordonnier, en apprentissage auprès de Denis Calvaert à Bologne, ce dernier l'ayant surpris à copier des gravures d'Agostino Carracci, le chassa de son atelier en 1595 et le Dominiquin trouva accueil auprès d'Agostino et de Ludovico Carracci dans l'Académie bolonaise des Incamminati, en l'absence d'Annibale Carracci qui œuvrait alors à Rome. Il est formé auprès d'eux à Bologne, puis poursuit à Rome, où il collabore avec Annibale Carracci à la galerie Farnèse. Ce fut à Rome qu'il exécuta son premier ouvrage : Adonis tué par un sanglier. Peu de temps après il peignit son tableau de la Flagellation de saint André, qu'il composa en rivalité avec le Guide, et sa Communion de saint Jérôme, à Rome, où il resta fidèle au principe de son maître Annibal Carracci, qui n'admettait pas plus de douze figures dans une composition. Le Dominiquin exécuta ensuite à Bologne la Vierge du Rosaire et le Martyre de sainte Agnès ; puis il revint à Rome, où il produisit de nouveaux chefs-d'œuvre. Ses succès lui valurent de puissants protecteurs, entre autres le cardinal Aldobrandini, mais soulevèrent aussi contre lui une foule d'envieux. Appelé à Naples pour orner à fresque la chapelle du trésor, il essuya dans cette ville de la part de ses envieux les mortifications les plus humiliantes, et il y mourut empoisonné, selon quelques historiens. On refuse au Dominiquin d'avoir fait preuve d'invention ; mais il s'est placé, par son dessin exact et expressif, par ses coloris vrais, au premier rang après Raphaël, le Corrège et le Titien. On estime surtout ses peintures à fresque. Admirateur de l'art de Raphaël, son style s'affirme dans la réalisation de retables (Communion de saint Jérôme, pinacothèque du Vatican) et de fresques (Villa Aldobrandini, Frascati ; Vie de saint Nilo et Bartholomé, abbaye de Grottaferrata ; église Saint-Louis-des-Français, Rome), caractérisé par une évocation apaisée et lumineuse de l'art de la Renaissance. Ses contemporains l'avaient surnommé le Bœuf, à cause de son travail lent et opiniâtre. Le musée du Louvre possède plusieurs tableaux de ce maître. Son œuvre a été recueillie par Landon en 158 planches. Le Dominiquin réussissait aussi dans l'architecture et la sculpture
Prix : 6450 €
Artiste : Cercle De Domenico Zampieri (1581-1641) Dit Le Dominiquin
Epoque : 17ème siècle
Etat : Très bon état

Matière : Huile sur toile
Largeur : 113 cm encadré
Hauteur : 84 cm encadré
CONTACTER L'ANTIQUAIRE
Ajouter cet objet à votre sélection
Suivre cet antiquaire
Voir la galerie de cet antiquaire
Imprimer fiche

"ARTE TRES GALLERY" Voir plus d'objets de cet antiquaire

"Tableaux Religieux, Haute époque-Renaissance-Louis XIII"

Antiquités similaires sur Proantic.com
Recevez notre newsletter
ARTE TRES GALLERY
Tableaux Anciens, Art Sacré, Art Contemporain
Le Dominiquin Cercle... Saint Roch Ecole Italienne Baroque 17ème
09 50 59 76 50 appel non surtaxé
07 77 72 76 26


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form